13 Mai 2017 1 Commentaire Expériences & Découvertes, Life-style

Après notre escale au Cambodge, nous arrivons par le sud du Laos et décidons de nous poser pour quelques jours sur l’île de Don Khone, dans l’archipel des 4000 îles qui peuplent le Mékong. Aaaaah, quel apaisement ! Ici, le mieux qu’il y ait à faire, c’est de ne rien faire ! Nous imitons donc les locaux en cette fin de saison aride, où rien ne pousse dans les champs, et apprécions le farniente.

Après ce repos bien mérité, nous partons direction Don Khong pour démarrer une mission de volontariat, avec au programme selon l’annonce : jardinage, cours d’anglais pour les enfants, construction d’école en bambou. Sur place nous faisons connaissance avec Khamla et sa famille qui nous laissent entrevoir la vie locale laotienne. Malheureusement, il y a déjà beaucoup de volontaires sur place et pas assez de travail pour tous. Pas de jardin en ce moment, seulement 1h de cours par jour et c’était surtout cela qui nous intéressait. Néanmoins, ce petit séjour ici nous aura permis de mieux définir nos envies en terme de volontariat et grâce à Khamla, nous avons participé à une fête de naissance locale. Rencontre avec un bébé d’un mois et sa maman, tournées de laolao à n’en plus finir (alcool de riz dont le degré d’alcool équivaut à la température extérieure, soit environ 40°C à l’ombre ! aïe), musique à fond, karaoké, nourriture à profusion… un moment épique !

Nous nous retrouvons donc à avoir bien plus de temps que prévu car nous quittons Don Khong au bout de 3 jours. Nous montons vers Champasak, petite bourgade tranquille au bord du Mékong où nous prenons rapidement nos marques, notamment pour manger, au Homemade Restaurant. Sans prétention, ce petit établissement est tenu par Douni, un artiste sympathique qui nous a beaucoup appris sur la vie et les mœurs locales. Nous avons notamment découvert qu’il faut 3 heures pour faire du sticky rice (riz collant), comment on choisit les numéros de la loterie (chaque numéro correspond à un animal et sera choisi selon le rêve de la nuit dernière ou un signe reçu dans la journée), ou encore qu’un enfant ne peut pas aller à l’école si sa famille ne peut pas lui acheter l’uniforme obligatoire. Nous irons quasiment tous les jours manger là pour en savoir plus sur le pays et écouter l’histoire de sa vie.

Aussi, nous avons fait une belle balade en vélo dans la campagne environnante qui nous aura valu des « Sabaidee! » (bonjour) par centaines. En vélo, on se sent toujours plus proche des gens, comparé au scooter qui est bruyant mais qui est ici une véritable institution. Beau petit séjour à Champasak… le seul désagrément qu’on aura connu se nommait « gros-cafard-qui-vient-te-chatouiller-dans-le-lit-à-2-heures-du-mat’. »!!

Sur la route, tous les voyageurs arrivant du nord nous parlent de la boucle de Boloven et de celle de Thakhek. Nous nous rendons donc à Pakse, ville de départ pour le Plateau de Boloven, où nous louons un scooter pour faire ce parcours d’environ 300 kilomètres. Malgré une crevaison au bout de 30 km à peine, et 2 heures sous un hangar à attendre que l’orage passe, cette boucle a tenu toutes ses promesses de magnifiques cascades, rizières, petits villages, plantations de café… On se souviendra surtout de la gentillesse de ce laotien qui nous a bien aidé lors de la crevaison, des bons et généreux pancakes de Mamapap, des superbes cascades de Tad Tayicseua et de la belle piste rouge sous nos roues.

Retour à Pakse pour rendre le scooter et passer 2 jours avant de partir vers Thakhek. Beaucoup d’établissements sont déjà complets et on nous dirige vers un hôtel pas top mais qui fera l’affaire pour 2 nuits. Finalement nous n’en passerons qu’une étant donné qu’au matin on nous annonce que l’hôtel ferme ses portes… définitivement ! Déjà la plupart des chambres se vident de leurs meubles pendant qu’on refait nos sacs, fissa. Heureusement on trouve un super hôtel qui nous offre le calme et la connexion nécessaire à la préparation de la suite de nos aventures.

Thakhek. Enfin. Après 8h30 de bus pour 350 km parcourus. Fatigués mais contents d’arriver, nous découvrons une petite ville accueillante au bord du Mékong, toujours là. La boucle nous dévoile de superbes paysages tout au long des 450 km : grottes, lacs d’arbres morts (étrangement beau), montagnes aux pics karstiques, lagons bleu turquoise… du baume pour le cœur et des étoiles pour les yeux.

En effet, ce sera vraiment notre coup de cœur de ce périple au Laos, on a pu y apprécier l’authenticité et la simplicité de la vie rurale et être transportés par les saveurs, les décors, les sourires… Nous devons poursuivre notre route de l’autre côté du Mékong, en Thaïlande, mais nous reviendrons profiter de la beauté du nord du Laos.

Voir la galerie de photos Voir les conseils & adresses pour le Laos

Partagez cet article
1 Commentaire
  1. calvo

    coucou à vous deux super les chauve souris encore merci pour les photos qui sont remarquables on continu le voyage avec vous bises

    Répondre

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *