10 Juin 2017 Pas de commentaires Aventure, Expériences & Découvertes, Life-style, Ma petite collecte, Spiritualité

Nous partons pour un trek de 3 jours au départ du village de Kalaw pour rejoindre le lac Inle. Accompagnés d’un guide et de son apprenti, nous commençons à marcher à travers les montagnes où se mêlent pins, plantations de thé et orangers. La vue est magnifique. Nous ne sommes que tous les deux avec eux alors les discussions vont bon train, notamment sur les coutumes de nos pays respectifs et on leur apprend par exemple que chez nous les pignons de pin se mangent, ils sont surpris car ici ça ne se fait pas. Ils sont curieux de savoir notre âge, à quel âge les gens se marient et si les différentes générations vivent sous le même toit. Ils nous expliquent les différences entre les habitudes de vie en ville et à la campagne. Ils nous montrent comment préparer le bétel, sorte de feuille à chiquer contenant du tabac et une sorte de noix qui leur colore les dents en rouge… et leur donne un sourire déroutant !

Au bout de 2 heures de marche nous faisons une pause thé dans un petit village où nous sommes reçus dans une modeste famille, très souriante, comme d’habitude. Les Birmans sont très hospitaliers et serviables, ça en est gênant parfois tant ils sont aux petits soins. Nous avons pris un bon stock de fournitures scolaires et de produits d’hygiène récupérés ça et là dans les hôtels. On commence donc notre petite distribution dans cette famille qui a l’air ravi d’avoir un peigne neuf et des crayons de couleur pour leur fils, ils nous souhaitent en retour d’être heureux et en bonne santé.

Sur la route, Tun notre guide, nous raconte un peu sa vie. En parallèle de ce travail il est aussi fermier pour subvenir aux besoins de sa famille; il fait pousser des patates, des choux et des cacahuètes. Il nous demande si chez nous on a des machines pour travailler dans les champs, ici ils ne peuvent que les louer et le travail se fait surtout à la main. Et on sait ce que c’est de ramasser des cacahuètes ! (voir ici)

Tun est quelqu’un de très posé et ouvert, il s’intéresse beaucoup à notre culture. Il a été moine pendant plusieurs années, ce qui est très courant ici. D’ailleurs les jeunes doivent obligatoirement suivre au minimum une semaine d’enseignement bouddhiste pour apprendre à bien se comporter. Pause déjeuner. Nous sommes servis comme des rois avant de repartir pour 3 heures de marche vers le village où nous passerons la nuit chez l’habitant.

Arrivés là-bas nous faisons connaissance avec la famille qui nous accueille et participons avec les yeux à la préparation du repas qui sera encore une fois un petit festin. On aimerait aider mais on nous laisse juste regarder. Le curry de poulet mijote dans la tomate, l’ail et les oignons… un peu de gingembre, de curcuma et de bouillon knorr s’ajoutent et le tour est joué. En attendant le repas, nous distribuons quelques fournitures et produits d’hygiène, ce que nous ferons dans chaque famille. Après le dîner, nous partageons une bière et des cacahuètes avec notre guide et vers 20:30 nous sommes déjà dans les bras de Morphée.

2ème jour. Ce sont environ 7 heures de marche qui nous attendent aujourd’hui. Heureusement le temps est avec nous et il ne fait pas trop chaud. Aussi, les paysages sont tellement beaux qu’on en oublie nos muscles qui commencent à fatiguer. Les discussions continuent et notre guide nous apprend plein de choses sur le pays, notamment qu’il n’y a que 2/3 ans qu’ils ont le droit d’avoir un téléphone portable et l’accès à internet. Ils n’avaient avant jamais vu ni su quoi que ce soit à propos des autres pays du monde. Aussi, depuis l’ouverture, l’école est devenue gratuite et il y a beaucoup moins de taxes du gouvernement. Tout allait dans la poche des militaires. Nous avons aussi appris qu’avant la prise de pouvoir par l’armée, la Birmanie, maintenant appelée le Myanmar, était le pays le plus riche d’Asie grâce à ses ressources naturelles dont l’or et le pétrole notamment. Pendant 60 ans le pays a beaucoup stagné et est devenu de plus en plus pauvre. A présent, les choses changent et s’améliorent, en partie grâce au tourisme.

Après le dîner nous continuons à discuter et on apprend que le salaire d’un professeur d’école est de 100€ par mois et qu’il leur faut environ 7000€ de matériaux pour bâtir sa maison. Chaque année ils achètent du matériel jusqu’à avoir tout le nécessaire à la construction. Ils nous posent aussi plein de questions sur notre mode de vie, combien coûtent une voiture, une maison.. Ils paraissent vraiment très contents d’apprendre tout ça.

De notre côté on en apprend sur l’histoire de Bouddha qui a été marié à 16 ans et a eu un enfant. A 29 ans il a renoncé à la vie matérielle et est allé vivre dans la forêt pour méditer et essayer d’atteindre l’éveil. C’est au bout de 6 années de pratique qu’il a atteint le nirvâna, assis au pied d’un arbre banyan, sur le côté Est, le jour de la pleine lune du mois de mai. C’est pour cela que la plupart des monastères et temples ont l’entrée côté Est et que de nombreuses célébrations ont lieu les jours de pleine lune. Bouddha est un humain et n’est pas considéré comme un dieu créateur. Il est vénéré d’avoir atteint l’éveil, c’est-à-dire d’avoir pu se libérer de toutes les souffrances et émotions négatives, et inspire tous les bouddhistes à devenir meilleurs. C’est en effet une philosophie de vie plus qu’une religion.

Ces échanges et ces humbles rencontres le long du trek nous ont vraiment touchés et nous ne regrettons pas cette aventure malgré les ampoules aux pieds Arrivés à l’embarcation pour le lac, nous partageons un dernier repas avec notre guide à qui nous remettons des fournitures et des jouets pour ses enfants. Une belle rencontre que nous n’oublierons pas et que nous souhaitons continuer à aider à distance. Notre bateau nous attend, les au-revoir sont chaleureux… Inle s’ouvre à nous.

Voir la galerie de photos Voir les conseils & adresses pour la Birmanie
Partagez cet article

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *